Skip to main content

Intérêt écologique du PNDS :


- Une des plus belles baies du monde ;
- Premier site de reproduction mondiale de la sterne royale avec 1/4 de la population mondiale;
- Sixième estuaire mondial en terme de diversité ichtyofaunique ;
- Mosaïque de mangrove le long des chenaux dans le domaine amphibie composée de Rhizophora racemosa et R. harrisonii se situent en bordure des chenaux généralement argileux, suivis vers l’arrière de R. mangle, Laguncularia racemosa, Conocarpus erectus et Avicennia africana au niveau de la partie supérieure des vasières.

Écosystèmes

Domaine continental

Domaine amphibie

Domaine maritime


Habitat principal de la grande et moyenne faune sauvage, il est constitué de savanes arbustives à arborés entrecoupées par des galeries forestières (habitats classiques des Colobes baisés au Saloum). Cces dernières sont constituées de franges de forêts denses qui se distinguent de la zone de forêt claire par l'existence d'une canopée et d'une composition floristique où dominent les espèces guinéennes.

Caractérisé par la présence de nombreuses vasières, chenaux ou bolongs bordés de mangrove, …. La mangrove est dominée par la présence de Rhizophora racemosa, de Rhizophora mangle et d’Avicennia africana. Ce domaine constitue le principal milieu de reproduction, de nourrissage et de repos des espèces halieutiques et des oiseaux d'eau.

Renferme une série d'îlots, de banc de sable et d'importants herbiers marins. C'est la principale zone de reproduction des oiseaux, les Laridea en particulier. L'île aux oiseaux étant le principal site de reproduction. Grâce à son herbier, il est le domaine de nourrissage de tortues marines, de crevettes et lieu de convergences de plusieurs espèces halieutiques. Il remplit une importante fonction de reproduction et de nourricerie pour des espèces telles que les ethmaloses, les mérous et les barracudas.

Flore

Le parc renferme 188 espèces végétales représentant 9% des plantes supérieures du Sénégal. Le milieu est définit par :
- Une mosaïque de mangrove le long des chenaux dans le domaine amphibie composée de Rhizophora racemosa et R. harrisonii se situent en bordure des chenaux généralement argileux, suivis vers l’arrière de R. mangle, Laguncularia racemosa, Conocarpus erectus et Avicennia africana au niveau de la partie supérieure des vasières.
- Une forêt sur terre ferme caractérisée par des espèces ligneuses d’affinité guinéenne Daniella oliveri « santan », Cordyla pinnata « Dimb », Parkia biglobosa « nere », Khaya senegalensis « khay », Sclerocarya birrea « beer », Elaeis guineensis « palmier », Cocos nucifera « Coco », Detarium senegalensis « ditakh », Neocarya macrophylla « new ».
- Une strate herbacée caractérisée par Sesuvium portulacam, Philoxerus vermicularis, Andropogon gayanus, Binvillea gayana, Cassia obtusifolia, Hyptis suaveolens, Sporobolus robustus, Schizachirium compressa, Paspalum vaginatum, Scirpus littoralis, Achrosticum aureum, Sueda maritima, Eleocharis sp, Cyperus sp, Phragmites sp, salicornia sp, spartina sp.

Faune

Poissons

Reptiles

Oiseaux

Mammifères


114 espèces de poisson appartenant à 52 familles ont été recensées dans l’estuaire du Sine-Saloum. Les familles les plus représentées sont respectivement : les Carangidae , les Mugilidae et les Sciaenidae , les Haemulidae , les Cichlidae et les Clupeidae ... La principale espèce de crevette pêchée est la Penaeus notialis . Les crabes ( Callinectes sp. , Cardiosoma armatum ), bien que très nombreux, ne sont pas exploités. Les mollusques exploités sont l’huîtres ( Crassostrea gasar) , le Yett ( Cymbium sp. ), le Touffa (Murex sp. , Thais sp), la seiche (Sepia officinalis) et l’arche (Arca senilis).

- Les reptiles sont représentés par les tortues marines,le varan du Nil (Varanus niloticus), les couleuvres, vipères... Six espèces de tortues marines sont présentes dans le parc : la Tortue verte (Chelonia mydas), la Tortue caouanne (Caretta caretta), la Tortue luth ( Dermochelys coriacea), la Tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata), la Tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea). sont aussi présentes dans le parc.

Les forêts de palétuviers, les vasières, les bancs de sable et les îlots sableux constituent un ensemble d’écosystèmes qui permet au PNDS d’accueillir d’importantes populations d’oiseaux d’eau notamment de nombreux migrateurs du Paléarctique occidental. Ainsi, sur plus de 250 espèces répertoriées, 141 parmi lesquelles 118 migrateurs paléarctiques sont protégées par les conventions de Bonn et de Berne.
Le PNDS accueille chaque année l’une des plus importantes colonies de sternes au monde, particulièrement au niveau de l’Ile aux Oiseaux.
Les forêts claires (notamment la forêt de Fathala, constituant la partie terrestre du PNDS) et les savanes du Delta accueillent également de nombreuses autres espèces d’oiseaux dont les populations sont d’intérêt international.

En milieu terrestre, il est observé notamment des primates tels que le Singe vert ( Cercopithecus aethiops sabaeus ), le Patas ( Erythrocebus patas ), le Galago du Sénégal ( Galago senegalensis ) et le Colobe bai ( Procolobus badius temmincki ). La Hyène tachetée (Crocuta crocuta) représente le seul grand prédateur suivi du Chacal à flancs rayés (Canis adustus), la Genette ( Genetta tigrina et G.thierry) , la Civette (Civetta civetta). On observe aussi d’autres espèces comme le Phacochère ( Phacochoerus aethiopicus ) ou certaines antilope comme le Céphalophe. En milieu marin, les Dauphins (Sousa teuszi , Delphinus delphis , Delphinus capensis ) et le Lamantin d’Afrique de l’Ouest (Trichechus senegalensis) peuplent l’estuaire.