Skip to main content

Les valeurs économiques des écosystèmes du Delta constituent une dimension majeure pour le bien-être et la santé des populations par le biais des principaux services écosystémiques.
Les coquillages et les ressources halieutiques ont joué un rôle socio-économique majeur pour la région. La récolte des coquillages y est encore pratiquée par les populations, les femmes principalement, qui perpétuent cette tradition bimillénaire.
Les activités économiques autour du parc sont essentiellement constituées de l’agriculture, de l’élevage, du tourisme, de l’exploitation du sel, de l’exploitation des produits halieutiques et forestiers non ligneux, de l’artisanat (sculptures, tissage, teinture, etc.)

Ecotourisme
Elle est l’une des nouvelles activités en plein essor encouragée par les nombreuses ONG et organismes internationaux qui œuvrent dans la zone. La diversité des écosystèmes du Delta du Saloum fonde l’originalité du site. Le Delta, jouit d’une reconnaissance internationale liée à la diversité et la particularité de ses habitats. Les eaux marines et estuariennes (80%), les mangroves et les tannes (9%), les îlots et cordons sableux (2%) et la forêt de Fathala (9%) permettent au Delta du Saloum d’accueillir une faune et une flore exceptionnelles. Ce site est une terre d’asile pour les oiseaux paléarctiques. Il se distingue par la présence d’espèces exceptionnelles et particulièrement menacées et haute potentialité éco touristique telles que :
- Colobe bai ;
- Lamantin ;
- Tortue marine
- Dauphin à bosse de l’atlantique ;
- Sternes royales, Caspiennes.
Autres espèces dans la Réserve de Fathala (Girafe, Eland de Derby, Koba, Buffle, etc.)

Pêche et ostréiculture
Les bras de mer du delta du Saloum (Saloum, Diomboss et Bandiala) et les bolongs abritent d’importantes ressources halieutiques. Ces ressources ont permis aux populations riveraines de développer une activité de pêche. Elle est pratiquée de manière traditionnelle en pirogue avec des filets. Les poissons pêchés, principalement les sardinelles, les ethmaloses, les mulets et les crevettes sont en grande partie consommés sur place.